Catalogues

Thèmes

retour à Viticulture

La Flavescence dorée

La flavescence dorée de la vigne est une maladie qui provoque des dégâts importants en France. Elle provoque le dépérissement progressif des ceps et se répand rapidement dans la parcelle, puis le vignoble.

Cette maladie est diffusée par un insecte vecteur, la cicadelle de la flavescence dorée (Scaphoideus titanus). La contamination initiale peut être due à l’introduction d’un jeune plant malade ou d’une cicadelle infectée.

Organisation de la lutte collective

Pour être efficace, la lutte doit être collective et faire appel à des méthodes complémentaires :

La lutte contre le vecteur

Afin d’éviter la propagation de la maladie, il est essentiel de mettre en œuvre des traitements insecticides sur l’ensemble des parcelles entourant un foyer. Ils vont permettre de limiter fortement les populations du vecteur.

Le nombre de traitements obligatoires à réaliser peut varier de 1 à 3 par saison en fonction de l’analyse de risque effectuée sur la zone. Les deux premiers traitements sont appliqués au stade larvaire, le troisième au stade adulte.

Un suivi biologique de la cicadelle de la flavescence dorée est mis en œuvre dès l’apparition des premières larves et permet de déterminer les dates des traitements insecticides. Ce suivi biologique se poursuit à l’âge adulte.

La prospection du vignoble

Les symptômes apparaissent généralement à la fin du mois d’août. La prospection visuelle des parcelles peut débuter à ce moment là et se poursuivre jusqu’à la chute des feuilles. Elle peut prendre différentes formes :

  • Autoprospection : après avoir reçu une petite formation, chaque viticulteur prospecte seul ses parcelles et transmet les résultats à la FREDON. Si des ceps symptomatiques ont été repérés, un technicien se déplacera pour confirmer les symptômes et effectuer des prélèvements de feuilles qui seront envoyés au laboratoire pour analyse.
  • Prospection collective : les viticulteurs se regroupent pour prospecter, encadrés par les techniciens de la FREDON qui assurent la confirmation des symptômes et les prélèvements de feuilles. Sur certains vignobles, elle peut s’effectuer en quad.

L’arrachage des vignes non cultivées et vignes sauvages

Les vignes non cultivées ou ayant poussé spontanément sont des réservoirs potentiels pour la maladie et le vecteur. Leur arrachage est rendu obligatoire dans les périmètres de lutte.

Le traitement à l’eau chaude des jeunes plants

Il permet d’éviter la propagation de la maladie et peut être rendu obligatoire dans le périmètre de lutte en fonction du niveau de risque.

La réglementation et les mesures de lutte

  • La Flavescence dorée est un organisme nuisible de quarantaine et de lutte obligatoire selon l’arrêté ministériel du 31 juillet 2000.
  • L’arrêté ministériel du 19 décembre 2013 relatif à la lutte contre la flavescence dorée de la vigne et contre son agent vecteur définit les conditions de mise en œuvre de la lutte.
  • Les arrêtés préfectoraux précisent à l’échelle départementale les mesures de lutte pour les ceps isolés et les parcelles contaminés :
  • Tous les ceps contaminés devront être arrachés avant le 31 mars de l’année suivante.
  • Si le nombre de ceps contaminés dépasse 20 % du nombre total de ceps de la parcelle, la parcelle devra être arrachée dans sa totalité.
  • Des traitements insecticides obligatoires seront effectués sur l’ensemble des parcelles entourant un foyer.