Catalogues

Thèmes

retour à Arboriculture

Lutte contre le virus de la SHARKA sur prunus

Zoom sur la maladie







plus de détails concernant les symptômes de ce virus, son aire de répartition en Rhône-Alpes

La sharka est une maladie dont l’agent causal (Plum Pox Virus) est connu depuis le début du 19ème siècle. Ce virus ne tue pas les arbres et il est sans incidence sur la santé humaine. Malgré cela il constitue une grave menace pour le verger de fruits à noyaux français car il entraine entre autre une dépréciation des fruits, rendant les abricots incommercialisables.

Depuis plus de 20 ans, le réseau FREDON Rhône-Alpes organise et coordonne la lutte collective contre la sharka dans les 4 départements où le virus est présent : Ardèche, Drôme, Isère et Rhône.


LA LUTTE COLLECTIVE

Il n’existe pas de traitement phytosanitaire pour lutter contre la sharka. La lutte passe par le repérage des arbres atteints en vue de leur arrachage.

Chaque campagne de prospection est mise en place selon un schéma validé et ayant fait ses preuves, à savoir une prospection basée sur la mobilisation des professionnels selon les 2 modes : prospection délégué ou prospection encadré. Soit plus de 1400 arboriculteurs impliqués dans la lutte contre la sharka chaque année.

La prospection est organisée par les fédérations en fonction des surfaces déclarées sur les engagements retournés par les professionnels. L’exhaustivité est atteinte en réalisant un passage systématique sur toutes les surfaces non engagées. Ce dernier point est très important car il garantit la pertinence technique du plan de surveillance et de lutte mis en œuvre contre la sharka.

Des passages supplémentaires sont organisés dans les zones à risque. Ils ont notamment pour objectif de limiter la pression sharka en zone contaminée car un seul passage n’est pas suffisant.

La prospection est réalisée à tous les stades végétatifs, rameaux – fleurs – feuilles et fruits.

LA RÉGLEMENTATION ET LES MESURES DE LUTTE

  • La Sharka est classée organisme nuisible de quarantaine en France et est soumise à un arrêté ministériel de lutte obligatoire (Arrêté du 31 juillet 2000) ; elle est également classée danger sanitaire de catégorie 1 (Arrêté ministériel du 15 décembre 2014).
  • Un arrêté ministériel du 17 mars 2011 précise les modalités de surveillance, les mesures de lutte et les conditions de replantation de végétaux
  • Les arrêtés préfectoraux précisent et déclinent à l’échelle départementale les mesures de lutte pour les arbres isolés et les parcelles contaminés :
    • seuil d’arrachage des parcelles fixé à plus de 10%
    • coupe et dévitalisation des arbres dans les 10 jours, l’arrachage des souches devant être réalisé au plus tard le 31 octobre de l’année en cours
    • arrachage des parcelles dans leur totalité au plus tard le 31 octobre de l’année en cours

Documents liés :