Catalogues

Thèmes

retour à Arboriculture

Lutte contre le Feu bacterien

Le feu bactérien est une maladie bactérienne qui affecte les Rosacées. Il se manifeste par la perte des branches et affecte la structure de l’arbre. Dans les cas graves, quand la bactérie progresse dans le tronc ou le porte-greffe, l’arbre meurt. La gravité de la maladie dépend de la sensibilité de la variété, de l’état de santé général de l’arbre, des pratiques culturales et des conditions du milieu. Les pertes économiques dues au feu bactérien découlent d’une diminution de l’étendue de la surface en fruits et de la mortalité des arbres.

Surveillance

Le réseau FREDON Rhône-Alpes assure depuis plus de 20 ans le suivi de l’évolution de la bactérie à l’origine du Feu bactérien. D’une lutte obligatoire collective très réglementée, nous sommes passés à un système d’autogestion par la profession dans les vergers. La FREDON intervient avec la mise en place d’une surveillance de la maladie dans les environnements de pépinière.

Aucun traitement curatif n’est possible contre cette maladie. La lutte passe par des précautions et méthodes prophylactiques, avec notamment la détection précoce des symptômes et l’assainissement régulier du matériel végétal contaminé.


La réglementation et les mesures de lutte

Le feu bactérien est un danger sanitaire de lutte obligatoire en pépinière (Directive européenne 2000/29 CE) mais aussi dans tous les autres lieux : vergers, haies, espaces verts, jardins privés, etc. (Arrêté du 31 juillet 2000).

Il doit donner lieu à un assainissement soit par enlèvement des branches atteintes, soit par arrachage et destruction des végétaux contaminés au plus tard fin octobre de l’année en cours.

Des arrêtés préfectoraux annuels précisent les communes situées en zone tampon – zone où les végétaux des espèces sensibles au feu bactérien font l’objet d’une surveillance.
La FREDON réalise la surveillance de l’environnement des parcelles de production de matériel de propagation et de multiplication des espèces sensibles au feu bactérien.


Documents liés :


Biologie et propagation du Feu Bactérien

Hiver : L’agent pathogène hiverne sous l’écorce des plantes infectées l’année précédente. Les parties attaquées présentent des chancres, créant des zones déprimées liées à un affaissement de l’écorce.

Printemps : les bactéries se multiplient grâce à des conditions climatiques favorables en termes de températures (entre 12°C et 24°C) et d’humidité. Les insectes, les oiseaux, la pluie et le vent peuvent disséminer la maladie d’une plante d’une culture à l’autre, entraînant des bactéries contenues dans les gouttelettes d’exsudat dégagées au bord des chancres ou plus tard sur les pousses ou les fruits nouvellement infectées. La maladie est également transmise par l’homme (taille, arrosage par aspersion, transport de greffons malades…). La pénétration se fait par les plaies naturelles ou artificielles (chute des pétales, grêle, plaie de taille …). La période de floraison des plantes hôtes est la plus propice à de nouvelles infestations. Peu après l’infestation, les fleurs flétrissent et les pousses herbacées se recourbent en une crosse caractéristique.

Eté : les branches, le feuillage et les inflorescences prennent une coloration brune à noire qui donne l’impression visuelle de brûlure (d’où le terme de Feu Bactérien). La maladie gagne rapidement les branches, les charpentières pour atteindre finalement, si rien n’est fait et si les conditions sont favorables, le tronc. Cela peut entraîner la mort de l’arbre.

Automne : Sur les branches, la zone attaquée se crevasse formant à nouveau des chancres qui constituent une source d’inoculum pour l’année suivante.


Chancre bactérien sur pommier

Feu bactérien sur pommier :crosse caractéristique

Feu bactérien sur pyracantha : crosse caractéristique

Feu bactérien sur cognassier : crosse caractéristique



Plantes hôtes

Le feu bactérien, causé par la bactérie Erwinia amylovora, peut se trouver dans les cultures fruitières (plantations de poiriers et de pommiers), les pépinières, les parcs et jardins, les parterres et dans la nature.

Les principales plantes hôtes sont :

  • Pommiers et pommiers d’ornement
  • Poiriers et poiriers d’ornement
  • Cognassiers
  • Cotoneasters
  • Aubépines
  • Cognassier du japon
  • Pyracantha
  • Sorbiers
  • Amélanchier
  • Néflier


Symptômes

Toutes les parties aériennes des plantes-hôtes peuvent être contaminées par le pathogène. Les symptômes les plus communs et caractéristiques sont :

  • Dépérissement et mort des inflorescences. Toutes ou une partie des fleurs d’une inflorescence dépérissent et meurent. Les fleurs mortes se dessèchent et deviennent brun-noir. Elles restent attachées à la plante en général.
  • Flétrissement et mort des pousses et rameaux. De jeunes pousses et rameaux charnus vont flétrir, brunir, et dans la plupart des cas l’extrémité de la pousse se recourbe en forme de crosse caractéristique. Brûlure des feuilles. Les feuilles infectées présentent, suivant le mode d’infection, soit des taches nécrotiques qui commencent à partir des bordures, soit un noircissement des pétioles et de la nervure principale.
  • Brûlure des fruits. Les fruits infectés brunissent, voire noircissent aussi, se ratatinent, et, de même que les fleurs, restent attachés et prennent un aspect momifié.
  • Brûlure des troncs et charpentières. A partir des fleurs, pousses ou fruits infectés, la maladie se répand par les pédoncules vers les rameaux et branches, y provoquant des chancres. Elle peut continuer son expansion vers les charpentières et le tronc. Les chancres provoquent la mort soudaine des branches ou de l’arbre entier par étouffement. Ils se reconnaissent de l’extérieur car leur surface est légèrement enfoncée, de taille variable et entourés d’écorce craquelée ; à l’intérieur, les tissus sont rouge-ocre ou brun et cette couleur se répand dans les tissus sains, ils ont souvent l’air imbibés d’eau. Dans des conditions douces et humides, un exsudat blanchâtre peut apparaître au niveau des pousses infectées, pétioles, chancres de l’écorce, et fruits et fleurs infectés. L’exsudat des pousses de pommier peut être de couleur dorée aussi.


Feu bactérien sur poirier : Brûlure des charpentières

Feu bactérien sur sorbier des oiseaux: Brûlure des charpentières

Feu bactérien sur poirier : Symptômes sur extrémité de rameaux

Feu bactérien sur poirier : Brûlure des charpentières

Feu bactérien sur pommier : Brunissement des fruits et présence d'exsudat bactérien