Catalogues

Thèmes

retour à Arboriculture

Le Cynips du chataîgnier

Cynips du chataîgnier (Dryocosmus kuriphilus)

Historique et répartition géographique

Le Cynips (Dryocosmus kuriphilus), principal ravageur du Châtaignier originaire de Chine, est présent depuis 2010 en Rhône-Alpes. Il a été détecté pour la première fois en Ardèche, principale zone de production de Châtaignes de la région puis s’est rapidement étendu sur tout le territoire Rhône-alpin (le Châtaignier étant une essence fréquente dans les forêts de notre région).


Cynips du chataignier : galle sèche

Cynips du chataignier : galles vertes

Impact et Moyen de lutte

L’impact du Cynips sur la production de châtaigne est économiquement important selon les sensibilités variétales. Les castanéiculteurs peuvent perdre jusqu’à 90% de leur production en quelques années.

Le Cynips a également un impact sur la filière mellifère. En effet, la quasi-totalité des apiculteurs de Rhône-Alpes produisent du miel de châtaignier.  La production peut diminuer de manière importante après quelques années de présence du ravageur.






Torymus sinensis

Moyens de lutte

Le seul moyen de lutte est l’introduction d’un parasitoïde, présent naturellement dans l’aire d’origine du Cynips, appelé Torymus sinensis. Il pond dans les galles de Cynips. En se développant, la larve du T. sinensis se nourrit de la larve de Cynips, empêchant ainsi le ravageur de se développer. Dès 2011, les premiers Torymus ont été lâchés sur des sites expérimentaux en Rhône-Alpes. Mais c’est entre 2014 et 2016 que les lâchers de masse ont été réalisés sur la zone castanéicole de notre région (Ardèche et Drôme). Le Torymus s’est très bien acclimaté, sa présence a même pu être observée sur des sites où aucun lâcher n’avait été réalisé. Quelques années sont néanmoins nécessaires avant qu’un équilibre se crée afin de retrouver une production proche de la normale.

Pour favoriser le développement du Torymus, il ne faut pas détruire les galles de Cynips (qui peuvent contenir à tout moment de l’année des auxiliaires), il est donc déconseillé de brûler ou de broyer sous les châtaigniers.

Soutenir la filière castanéicole

Depuis 2013, un système d’indemnisation des pertes liées au Cynips a été mis en place par le Fonds de Mutualisation Sanitaire et Environnemental (FMSE), avec comme objectif de pallier les pertes de récolte des premières années, avant que le Torymus ne régule la population de Cynips. Seuls les producteurs de Châtaignes sont éligibles à condition d’avoir un taux de perte minimum de 30% par rapport aux années avant apparition du Cynips (se renseigner auprès de la FREDON).