Sharka : plan de surveillance 2017

Sharka – plan de surveillance 2017 : Des contaminations historiquement basses sur le territoire rhônalpin avec un objectif de prospection en termes de surface maintenu.

7227 ha ont été prospectés au sol et 3269 ha en passages supplémentaires soit un total de 10 496 ha surveillés en 2017.

SHARKA : campagne 2017 - zones de prospection Rhône-Alpes


Le plan de surveillance 2017 a été ciblé sur :

  • la surveillance des zones à risque ciblées en priorité : zones délimitées définies en fonction des contaminations sharka observées les années précédentes.
  • un effort de surveillance accrue a été réalisé avec des passages supplémentaires dans les zones les plus contaminées.
  • la surveillance des zones indemnes de sharka des 4 départements « contaminés » (07/26/38/69), selon le schéma du tiers rotationnel de surveillance défini pour les années 2015/2016/2017
  • la sécurisation de la plantation avec la surveillance des jeunes plantations (2015-2016-2017), les environnements de pépinière et les vergers donneurs de greffons.

La lutte collective contre la sharka s’organise dans les 4 départements où le virus est présent en Auvergne-Rhône-Alpes : Ardèche, Drôme, Isère et Rhône. Cette lutte est indissociable de l’implication des arboriculteurs et détenteurs ayant des végétaux sensibles à la sharka : en 2017, c’est plus de 1300 personnes qui ont participé à la lutte collective.

A retenir en 2017 : les contaminations sont en nette diminution sur l’ensemble du territoire : 2420 arbres contaminés (5421 en 2016). Cette baisse résulte de l’effort de prospection dans les zones contaminées. Les contaminations touchent principalement les pêchers (1833 arbres contaminés) mais aussi les abricotiers et pruniers (respectivement 575 et 12 arbres touchés).

Ces démarches ont pour but de sensibiliser et d’accompagner chaque producteur à la gestion de cette problématique pour la sauvegarde et la protection du patrimoine agricole fruitier du territoire rhônalpin.


Qu’est-ce que la sharka ?

La sharka est une maladie, incurable qui altère la qualité des fruits des arbres contaminés – pêchers, nectariniers, pruniers ou abricotiers – jusqu’à les rendre impropres à la consommation.  Elle ne peut être prévenue ou traitée par aucun traitement phytosanitaire. Le seul moyen de lutte efficace est de limiter la pression du virus sur les zones contaminées, par observation visuelle des symptômes, puis d‘en limiter la propagation à l’ensemble des zones de production par l’arrachage des arbres contaminés.

L’arrêté ministériel national du 17 mars 2011, fixe le cadre réglementaire de la surveillance et de la lutte. La FREDON a en charge la réalisation de la prospection des parcelles de prunus dans les secteurs arboricoles du territoire.