Dossier : le Plan de Gestion Différenciée

La Gestion différenciée

La gestion différenciée est un outil permettant de ne plus considérer l’espace communal comme un tout, mais au contraire comme un ensemble d’espaces individuels, ayant chacun leur fréquentation, leur but visuel, leur usage et donc les moyens humains et techniques qui leur sont affectés.

Cette gestion est une façon de conduire les espaces verts en milieu urbain qui consiste à ne pas appliquer à tous les espaces verts la même intensité ni la même nature de soin.

La gestion différenciée proposera que certains espaces moins fréquentés, aux sols plus fragiles, ou écologiquement précieux soient laissés à eux-mêmes, fauchés ou extensivement pâturés, éventuellement même une fois tous les deux ans sur certaines parties. Ces préconisations sont faites afin d’y conserver des « refuges » pour la biodiversité et une plus grande diversité de paysages, alors que d’autres espaces seront intensivement tondus en raison de leurs fonctions ; l’exemple extrême étant celui du terrain de football destinés aux compétitions homologuées.

La gestion différenciée va aussi prendre en compte la problématique phytosanitaire, et permettre une réduction de l’utilisation des produits. Le but de cette démarche est de tendre vers le zéro phytosanitaire sur les espaces verts de la commune

Cette forme de gestion a pour but de conserver l’intérêt écologique d’un espace vert, tout en permettant un développement en adéquation avec l’utilisation du site.

Ce n’est donc pas une méthode d’entretien par défaut mais la mise en place dans un service d’un programme commun, permettant à chaque agent de savoir comment entretenir un espace en prenant connaissance de sa classification et du cahier des charges afférent.

La gestion différenciée des espaces urbains et naturels s’inscrit dans les principes du développement durable. Cette gestion découlant d’une politique communale globale, permet de répondre à des enjeux de natures différentes.


Les pratiques d’entretien des collectivités : utilisation de produits phytosanitaires, fertilisation des espaces verts, défaut de valorisation des déchets verts, absence de gestion de l’eau, etc. impliquent des répercussions importantes sur notre environnement comme par exemple :

  • un déséquilibre de la biodiversité faunistique et floristique,
  • une pollution de la ressource en eau par les produits phytosanitaires.

La gestion différenciée est un entretien adapté à des types d’espaces. C’est une gestion globale conjuguant pour un espace, dans des proportions plus ou moins importantes, l’entretien écologique et l’entretien horticole.


Les enjeux de la gestion différenciée

Enjeux sociaux

Enjeux environnementaux

Enjeux économiques Enjeux culturels
  • Améliorer le cadre de vie des habitants en mettant à leur disposition une diversité d’espaces.
  • Eduquer le grand public à l’environnement.
  • Favoriser l’autonomie des agents.
  • Préserver et enrichir la biodiversité des espaces naturels
  • Limiter les pollutions : réduction des produits phytosanitaires.
  • Gérer les ressources naturelles: valorisation des déchets verts, économie de la ressource en eau.

Il est important de favoriser le retour du patrimoine paysager pour favoriser les écosystèmes existants et la biodiversité.

  • Faire face à des charges de fonctionnement de plus en plus lourdes dues à l’augmentation des surfaces.
  • Optimiser les moyens humains, matériels et financiers.
  • Maitriser les temps de travaux.
  • Adapter le matériel (faucheuse, broyeur…).
  • Valoriser l’identité des paysages communaux.
  • Mettre en valeur les sites de prestiges et patrimoniaux.
  • Diversifier et transmettre le savoir-faire et l’art du jardinier.


Les avantages de la gestion différenciée

Avantages au niveau :

  • des coût d’entretien
  • de la productivité du personnel
  • de la gestion des déchets verts
  • de la consommation des intrants
  • de la diversité biologique
  • du paysage urbain


Un accompagnement en plusieurs étapes


Etape 1 : Diagnostic des pratiques d’entretien

La mise en place de la gestion différenciée implique une connaissance de l’ensemble du patrimoine à gérer.

Cet inventaire va permettre :

  • de connaitre les surfaces à entretenir (inventaire quantitatif)
  • de connaitre les caractéristiques de chaque site (inventaire qualitatif)

Cette étape se réalise en concertation avec les responsables de l’entretien des espaces verts de la commune.


Etape 2 : Classification des espaces verts selon leur profil

Le classement des espaces publics est réalisé à partir des inventaires selon l’image et le rendu souhaité. Le classement n’entend pas définir des espaces de mauvaise qualité mais simplement une répartition des espaces verts suivant un entretien basé sur des critères différents.


Etape 3 : Définition des objectifs d’entretien – Élaboration du cahier des charges et propositions d’entretien adaptées

Après la classification des espaces, il est nécessaire de définir pour chaque classe quelles sont les travaux d’entretien à réaliser, de quelle façon, à quelle fréquence… Ces renseignements sont consignés dans un cahier des charges.


Etape 4 : Bilan annuel et enregistrement des pratiques

Il faut réaliser un suivi afin de comprendre l’évolution des milieux et des techniques au fil des années. Cela permet:

  • de réajuster le projet;
  • de rendre compte des progrès apportés
  • de rester cohérents avec les objectifs
  • d’intégrer les nouveaux aménagements dans la démarche

La mise en œuvre de la gestion différenciée nécessite de mettre en place une politique de sensibilisation, d’implication et de formation au niveau du personnel. La formation se déroule sur le long terme, en effet le résultat de la mise en place de la gestion différenciée nécessite plusieurs années pour en mesurer réellement les effets.

Information – Communication

Pour informer les citoyens sur la nouvelle démarche et les changements qui vont s’opérer, il est important de communiquer tout de long de l’action. Les nouvelles méthodes d’entretien seront plus facilement acceptées par tous.

La Fredon mets à votre disposition des supports variés pour vos bulletins, sites, expositions, journaux locaux…, sur les thèmes variés relatif à la gestion différenciée (pesticides, lutte biologique, entretien alternatif, biodiversité…).

Bilan de la gestion différenciée :

Mise en place Gestion Différenciée = quelques années nécessaires pour atteindre les objectifs fixés.

Bilan économique :

Bilan négatif de la Gestion Différenciée

Le passage de l’entretien traditionnel à l’entretien différencié demande :

  • Un temps de réflexion et de réalisation de l’étude
  • La mise en place des techniques nouvelles à approprier
  • L’achat de nouveaux matériels et la Formation des agents
  • L’information et la sensibilisation du public

Bilan positif de la Gestion Différenciée

Le passage de l’entretien traditionnel à l’entretien différencié permet :

· Diminution nombre de tontes = réductions de temps de travail = réduction des frais d’exportation des déchets verts

  • Moins de pesticides / moins d’engrais = réduction des coûts
  • Feuilles non ramassées = réduction des coûts de compostage
  • Matériel adapté à la tâche = moins d’usure
  • Le personnel travaille de façon plus rationnelle

Bilan écologique :

  • la flore : apparition de nouvelles espèces dans les gazons et les prairies,
  • la faune : tonte + haute et pas de produits phytosanitaires = préservation et apparition d’une faune auxiliaire,
  • l’eau : utilisation raisonnée des herbicides = amélioration de la qualité de l’eau,
  • l’air : réduction nombre de tonte = diminution de dégagements de CO2 dans l’atmosphère.  Moins de produits phytosanitaires = réduction de la pollution atmosphérique.

Sensibiliser les jardiniers amateurs :

Pour généraliser au maximum la démarche, il est important d’y associer les jardiniers amateurs. La FREDON Rhône-Alpes peut intervenir pour les sensibiliser et les informer sur les différents moyens de lutte biologique contre les insectes ravageurs par piégeage ou utilisation d’auxiliaire, et sur les techniques alternatives utilisables à leur échelle.

Nous pouvons également vous fournir des éléments de communication concernant l’utilisation des produits phytosanitaires par les jardiniers amateurs, afin de les sensibiliser aux risques pour l’environnement et pour leur santé.

Divers sujets peuvent être abordés comme la mise en œuvre des traitements, l’utilisation de méthodes alternatives aux produits phytosanitaires…

Ce type de communication peut se présenter sous plusieurs formes: textes à publier dans votre bulletin municipal, plaquettes de sensibilisation, intervention lors de manifestation publiques…